Le gazon Umweltpionier 1 x 1

Application
L’engrais pour gazon Umweltpionier se trouve sous forme de poudre, c’est pourquoi l’utilisation d’un épandeur approprié est indispensable pour permettre une répartition homogène. Pour l’essentiel, un épandeur approprié est un appareil interrompant l’écoulement du produit à épandre lorsque vous êtes à l’arrêt. Tous les épandeurs ne sont pas équipés de cette fonctionnalité, mais elle est fortement recommandée. Régler l’épandeur sur un faible niveau (1 ou 2) et fertiliser de manière entrecroisée jusqu’à ce que toute la quantité d’engrais soit appliquée.

L’irrigation
Il est judicieux d’irriguer lors des périodes de grandes chaleurs. Irriguer de manière intensive, au moins 10 litres par m² (jusqu’à 30 litres par m²), mais pas plus d’une fois par semaine. De cette manière, l’eau pénètre profondément dans la terre et y reste plus longtemps disponible car elle ne s’évapore pas. L’herbe s’enracine plus profondément et est ainsi plus robuste.

La fertilisation
L’herbe est une plante précieuse qui a besoin de beaucoup de substances nutritives. Les engrais synthétiques apportent certes ces substances dans le sol, mais la fixation avec le sel détruit la structure grumeleuse du sol de manière durable. Par conséquence, le sol se densifie, l’eau stagne, des mauvaises herbes se développent et la vie microbienne du sol est détruite. Les engrais naturels Umweltpionier, à l’inverse, garantissent une alimentation de grande qualité du sol et sont 100 % naturels.

Le dosage
Lors du premier passage : appliquer 100 g/m². En d’autres termes, pour une surface de 250 m², ceci représente 25 kg d’engrais. Par la suite, le dosage peut être réduit à une quantité de 50 g/m². L’engrais doit être appliqué 2 à 3 fois par an.

Les sols argileux
Les sols durs et argileux peuvent être assouplis grâce à un apport annuel de sable de quartz avec une granulométrie de 0-1 mm ou 0-2 mm. En renonçant à des substances chimiques de synthèse et en fertilisant régulièrement votre sol avec un engrais organique naturel de grande qualité, vous favorisez le développement d’une vie intacte et active du sol. Un humus plus souple se forme en plus grande quantité. La fertilité du sol et la mise à disposition de substances nutritives augmente. Le sol sert d’aliment pour les plantes.

Le fauchage
Ne pas couper l’herbe à moins de 4 cm et ne tondre qu’à un tiers de la hauteur maxi. : il est préférable de tondre deux fois par semaine à bonne hauteur que toutes les deux semaines trop à ras. Une tonte plus régulière est de meilleure qualité. 90 % des mauvaises herbes sont des germes, c’est pourquoi l’herbe doit apporter de l’ombre au sol.

La mousse
Si le sol est trop pauvre en substances nutritives, l’herbe ne peut pas pousser car elle n’est pas suffisamment renforcée. La densification du sol entraîne une stagnation de l’eau. L’eau ne peut pas pénétrer jusque dans les couches profondes du sol et stagne à la surface… Un vrai paradis pour la mousse. Trop d’ombre favorise le développement de la mousse.
Mesures à prendre :
appliquer un dosage d’engrais plus important pour permettre à l’herbe de mieux se développer dans des circonstances défavorables, de pousser de manière plus dense et ainsi de refouler la mousse. N’utiliser en aucun cas des engrais synthétiques qui entraînent (entre autres), une densification du sol !

Les mauvaises herbes
90 % des mauvaises herbes sont des germes. Lorsque la lumière du soleil atteint directement le sol, elles germent rapidement et grandissent plus vite que l’herbe. En périodes de sécheresses, les mauvaises herbes sont capables de gagner du terrain en à peine quelques heures, c’est pourquoi il faut irriguer le gazon et impérativement éviter de le tondre trop à ras.

Le gazon doit être suffisamment fertilisé pour pouvoir pousser de manière la plus dense possible et ainsi laisser aux mauvaises herbes moins d’espace pour pousser et progresser. Un gazon bien nourri garde l’avantage sur les mauvaises herbes. Tondre souvent mais pas à moins de 4 cm. Bien irriguer. Fertiliser abondamment.

Un gazon sain qui pousse sur un sol fertile bien nourri et est entretenu de manière optimale constitue une aire de jeu naturelle pour les hommes et les animaux.

Un « jardin à l’anglaise » est impossible à obtenir sans l’apport d’herbicides chimiques hautement toxiques. Outre l’effet produit souhaité, l’utilisation de tels produits entraîne également des effets secondaires néfastes : densification du sol, pénétration de substances toxiques dans les nappes phréatiques, dommages de la flore et de la faune. En outre, la dose doit être continuellement augmentée pour que l’effet soit constant.

La scarification
Cette procédure n’est nécessaire que lorsque le sol est fortement feutré parce que l’herbe est morte et uniquement lorsque le sol est effectivement très sec. Procéder à la scarification en période de croissance intensive de l’herbe. Normalement, cette procédure tombe en avril/mai. Si le gazon est entretenu de manière optimale (irrigation, tonte, alimentation), la scarification n’est pas nécessaire. ATTENTION : La scarification favorise la pousse des mauvaises herbes (en raison de l’incidence de la lumière).

À quelle période
La période pour la première application d’engrais est mars/avril. Uniquement lorsque le sol potentiellement gelé est entièrement dégelé et actif. Des températures chaudes constantes et une croissance visible de l’herbe sont les signes que le gazon est prêt à être fertilisé.

Par expérience, nous recommandons une fertilisation supplémentaire en été, lorsque les températures sont toujours élevées. Celle-ci doit être effectuée en août/septembre.

Une dernière fertilisation à la fin de l’automne permet de fournir les substances nutritives nécessaires pour que le sol soit bien nourri pendant l’hiver. Cette fertilisation garantit une bonne croissance du gazon au printemps suivant.

Écrivez votre commentaire